Piqûres de tiques et maladie de Lyme
Publication 19 avril 2021

Piqûres de tiques et maladie de Lyme

La maladie de Lyme ou ‘Lyme borreliose’ est une affection causée par la bactérie Borrelia  Burgdorferi, qui peut être transmise par une piqûre de tique à l’homme, aux chevaux ou aux chiens. La bactérie même provient des souris ou des cervidés.

  • Il y a différentes sortes de tiques, mais, en Europe, un seul type de tiques peut transmettre cette bactérie, à savoir ‘Ixodes Ricinus’. En outre, toutes les tiques ne sont pas contaminées par cette bactérie. En Europe, on estime à seulement 10%  les tiques contaminées par la Borrelia.
  • En Europe, la maladie apparaît surtout dans les pays scandinaves, en Allemagne, en Autriche et en Suisse.
  • Une piqûre de tique ne provoque pas nécessairement la maladie de Lyme. Selon des études, il semble que seulement 1,1 à 3,4 % des personnes ayant une piqûre de tique quelconque présentent la maladie de Lyme.
  • Seulement 8-10 % des personnes piquées par une tique contagieuse sont malades.
  • La tique est principalement active depuis début mars jusquà fin novembre. La maladie de Lyme apparaît surtout entre juin et octobre.

 

Symptômes

Le plus souvent, le premier symptôme de la maladie de Lyme est le ‘erythema migrans’. Il s’agit d’une grande tache rouge qui apparaît à l’endroit où la tique a mordu, quelques jours à un mois (max. 3 mois) après la morsure de la tique. Cette décoloration rouge de la peau devient progressivement plus grande, avec un diamètre de 5 cm à 60 cm maximum, alors qu’au centre de cette tache, une tache pâle se développe. Parfois, des symptômes de la grippe apparaissent aussi, comme de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires et aux articulations, de la fièvre ou bien des vomissements.

Quand la maladie, dans cette première phase, n’est pas ou pas bien traitée, elle peut continuer à évoluer. À ces phases ultérieures de la maladie, des plaintes peuvent être émises, allant d’une fatigue permanente à des maladies du système nerveux, du coeur et des articulations.

Rendez vous chez le docteur quand, durant des mois après une piqûre de tique :  
•    vous voyez apparaître une tache rouge sur votre peau, qui devient de plus en plus grande 
•    vous vous sentez dans un état grippal, avec de la fièvre et des douleurs musculaires 
•    vous voyez “double” ou bien vous avez le visage “de travers” 
•    vous ressentez des douleurs, une perte de la force ou des picotements dans les bras ou dans les jambes  
•    vous souffrez des articulations. 
La prévention au moyen d’une vaccination n’est pas possible !  Il n’y a pas de vaccin sur le marché qui agit contre la bactérie ‘Borrelia Burgdorferi,’ qui peut provoquer la maladie de Lyme en Europe! 

 


Diagnostic et traitement

La maladie de Lyme peut parfaitement être traitée avec des antibiotiques (généralement, les symptômes disparaissent endéans quelques jours, quand on commence les antibiotiques dans la première phase de la maladie : tache rouge sur la peau).

Quand une tique, après une morsure, tombe d’elle-même, ou quand elle peut être enlevée endéans les 24h, le risque de maladie devient si réduit qu’aucun traitement n’est nécessaire !

Quand des symptômes apparaissent, comme ceux décrits ci-dessus, il faut aller consulter un médecin pour des soins éventuels.

Généralement, celui-ci effectuera une prise de sang, mais une prise de sang ne constitue pas toujours une preuve ! Des résultats faux sont en effet possibles. On constate que quand une grande zone rouge apparaît autour d’un piqûre de tique, qui reste présente plus d’une semaine, on peut supposer que la personne est contaminée. Un examen (sang) ultérieur n’est pas nécessaire”. Le traitement avec des antibiotiques peut alors commencer.

Bien que l’antibiotique que le médecin donnera sera un antibiotique relativement “doux”, toute personne qui a été mordue par une tique ne doit pas forcément être traitée avec ces antibiotiques.  Toutes les piqûres de tique ne sont pas contagieuses et la prise d’antibiotiques peut aussi avoir des effets secondaires. Il est donc préférable d’attendre que les premiers symptômes de la maladie apparaissent avant de commencer les antibiotiques.

Par ailleurs, la maladie peut être traitée à tous les stades, également quand on n’a pas remarqué les premiers symptômes ! Des plaintes subjectives persistent seulement chez un faible pourcentage des personnes concernées.

Le pronostic est toujours excellent, même si le traitement est commencé à un stade ultérieur. L’inconvénient est que cela prendra plus de temps.


Prévention

Il va de soi que la meilleure prévention, c’est de veiller à ne pas être mordu par une tique ! Il est recommandé de protéger la peau autant que possible avec des vêtements (pantalons longs, jambes de pantalons fourrées dans les chaussettes, couvre-tête, manches longues) et de porter de préférence des vêtements clairs. On peut badigeonner les parties de la peau encore exposées avec des crèmes contre les insectes (ex. diëthyltoluamide). Toutefois, il faut fréquemment remettre une couche de crème, car les crèmes ne sont actives que quelques heures !

Il est très important d’examiner quotidiennement en profondeur la peau, après un séjour sur des terrains où des tiques peuvent éventuellement être présentes ! Une inspection en profondeur de tout le corps (ainsi que des plis de la peau) est nécessaire afin de détecter une tique ou une morsure de tique. Le but est de pouvoir enlever rapidement les tiques présentes !  Le  risque de contamination par la bactérie (en d’autres mots, le risque  de contracter la maladie de Lyme) est en effet plus élevé quand la tique reste plus de 24 h sur la peau !!!

Notez ensuite dans un carnet ou un agenda la date et le lieu de la piqûre de tique. Contrôlez l’évolution de cette piqûre de tique pendant au moins 1 mois, de sorte qu’on ne puisse pas rater  l’apparition de symptômes éventuels, entres autres, la grande tache rouge décolorée.

Rendez vous chez le docteur quand, durant des mois après une piqûre de tique : 

  • vous voyez apparaître une tache rouge sur votre peau, qui devient de plus en plus grande
  • vous vous sentez dans un état grippal, avec de la fièvre et des douleurs musculaires
  • vous voyez “double” ou bien vous avez le visage “de travers”
  • vous ressentez des douleurs, une perte de la force ou des picotements dans les bras ou dans les jambes 
  • vous souffrez des articulations.

La prévention au moyen d’une vaccination n’est pas possible !  Il n’y a pas de vaccin sur le marché qui agit contre la bactérie ‘Borrelia Burgdorferi,’ qui peut provoquer la maladie de Lyme en Europe!


​Comment retirer les tiques ?

Comme mentionné ci-haut, il est très important d’inspecter la peau tous les jours et de retirer le plus rapidement possible les tiques éventuellement présentes (endéans les 24h). On peut enlever soi-même une tique. Lorsque la tique se trouve à un endroit difficilement manipulable, une autre personne peut apporter son aide (collègue, partenaire, éventuellement le médecin traitant,  ...).

L’enlèvement corret d’une tique se fait comme suit :

  • Utiliser une pincette spéciale pour les tiques (cette pincette est disponible dans une pharmacie ou bien chez le drogiste)
  • Agripper la peau, si possible, assez fermement de sorte à faire “une petite colline”.
  • Placer la pincette sur la tête de la tique, aussi près que possible contre la peau.
  • Enlever la tique en tournant avec la pincette et tirer prudemment la pincette, jusqu’à ce que la tique lache prise.
  • Désinfecter la piqûre (après enlèvement de la tique) avec de l’alcool à 70% ou éventuellement avec de l’iode.
  • Se laver les mains avec de l’eau et du savon et désinfecter la pincette utilisée.
  • Ne pas oublier de noter la date de la piqûre de tique pour un suivi ultérieur.

Quelques remarques supplémentaires importantes :

La bactérie “crainte” se trouve dans le corps (estomac et intestins) de la tique, et pas dans sa tête.  Il est donc très important que la tique ne soit pas “broyée”, ce qui aurait pour conséquence que le contenu de l’estomac (contenant la bactérie) puisse retomber dans la peau!

C’est pourquoi la tique ou la peau ne peut pas être désinfectée ou traitée avec de l’alcool, de l’huile, du vernis à ongle ou avec d’autres moyens avant qu’elle soit envlevée. Par ces traitements, la tique pourrait éventuellement remettre, et de ce fait, une contamination peut avoir lieu.

Lors de l’enlèvement, il faut bien saisir la tête et donc pas le corps de la tique. Quand on pince le corps, le contenu de l’estomac peut à nouveau éclater.Lors de l’enlèvement, la trompe de la tique peut éventuellement se détacher et ainsi rester dans la peau. Ceci n’est pas grave, parce que la trompe n’est pas contaminée par la bactérie, qui se trouve en effet dans l’estomac. La blessure peut peut-être s’enflammer un peu, comme pour une écharde. Mais comme pour une écharde, la trompe ressort d’elle-même hors de la peau.


Conclusion

  • Toutes les tiques ne sont pas contaminées par la Borrelia.
  • Une piqûre de tique contaminée n’implique pas nécessairement la maladie de Lyme.
  • Le risque d’attraper la maladie devient plus grand quand la tique reste présente plus de 24h sur la peau. Une inspection quotidienne de la peau, un enlèvement rapide (pratiqué de façon correcte), des tiques présentes et une inspection ultérieure des morsures durant au moins un mois sont donc recommandés.
  • En Europe, il n’y a aucun vaccin préventif.
  • La maladie peut être traitée avec des antibiotiques, également pour un traitement ultérieur,quand les premiers symptômes n’ont pas été détectés. Il vaut mieux attendre que les premiers symptômes de la maladie apparaissent, que de donner des antibiotiques préventivement suite à une piqûre de tique.
  • Un examen du sang en vue de détecter la maladie de Lyme ne fournit pas toujours une preuve fiable, à cause de la possibilité de résultats faux (résultat négatif “faux”  ou résultat “positif” faux).