Travailler sur écran : « Rien que pour vos yeux » !
Publication 25 novembre 2021

Travailler sur écran : « Rien que pour vos yeux » !

Avec le retour du télétravail partiel obligatoire à partir de la mi-novembre, le temps de travail sur écran augmente sensiblement. Privé·es des réunions en présentiel, le retour forcé aux vidéoconférences apporte son lot de fatigue visuelle. Sécheresses oculaire, fatigue visuelle, maux de têtes … Prenons le bien-être de nos yeux au sérieux !
 

Comment est provoquée la fatigue visuelle ?

La fatigue oculaire peut représenter un réel inconfort pour les personnes travaillant sur écran. Cela peut venir de causes variées : regarder un écran pendant une longue durée peut entraîner une augmentation de la charge musculaire de l’œil. Cela ne concerne pas seulement le travail sur écran, mais également le fait d’effectuer un travail mécanique minutieux, comme les dentistes.

La différence de luminosité est également un facteur important de la fatigue de nos yeux. Nous le sentons très concrètement lorsque nous nous trouvons dans un endroit obscur, et que la luminosité de notre smartphone est trop élevée. Même dans un contexte moins flagrant, il est toujours impératif de travailler avec une source de lumière équivalente à l’écran.
 

« Zoom fatigue »

L’utilisation répétée de plateforme de vidéoconférences a fait apparaitre ce que des chercheurs de l’université de Stanford le phénomène de « Zoom fatigue ». Il s’agit d’une fatigue physique et mentale liée à ces calls vidéos, et à plusieurs facteurs :

  1. Les contacts visuels trop long et trop intenses à travers un écran,
  2. L’attention portée à l’image de soi cristallisée par le retour de sa propre caméra,
  3. La réduction drastique de la mobilité physique,
  4. La charge cognitive sensiblement plus élevée.
     

Et les sécheresses oculaires ?

Ici, en plus des causes de la fatigue des yeux, l’environnement de travail peut être une cause de sécheresse oculaire. Celle-ci se caractérise par une sensation de gonflement des yeux, de paupières lourdes.

Un système de climatisation dans l’espace de travail peut rendre l’air très sec, et donc assécher nos yeux qui ont un besoin constant d’humidité, garantie par le liquide lacrymal (c’est pour cela que nous clignons des yeux !). La poussière, les courants d’air, ou encore une chaleur étouffante peuvent être des sources de sécheresse oculaires. Mais rien de plus facile à prévenir ! 
 

Quelques exercices et bonnes pratiques !

  • Tout d’abord, assurez-vous de travailler dans un environnement optimal : une pièce à bonne température, suffisamment aérée, ventilée et bien aménagée.
  • Prévoyez une intensité lumineuse suffisante pour lire aisément les détails
  • Veillez à avoir une faible différence de luminosité entre la pièce dans laquelle vous travaillez et votre écran.
  • Il est évidemment utile de régler en ce sens la luminosité de votre écran .
  • Idéalement, travailler sur un écran d’ordinateur mat et anti-reflets, qui ne réfléchit pas les autres sources de lumière, est bénéfique pour les yeux.
  • Le port des lunettes anti-lumière bleue peut aussi se révéler très utile.
  • Bouger et prendre l’air

La règle d’or du travail sur écran est celle des 20/20/6. Regardez fréquemment au loin toutes les 20 minutes pendant 20 secondes à plus de 6 mètres, afin de relâcher les muscles oculaires et reposer vos yeux.

Prendre soin de ses yeux, c’est éviter les migraines, les sécheresses oculaires et la fatigue visuelle !
 

En bonus 

De nombreux appareils ont une option de confort des yeux pré-réglée. Regardez dans les paramètres de vos smartphones, tablettes ou écran d’ordinateur ! En outre, il existe plusieurs applications que vous pouvez installer gratuitement sur votre ordinateur, qui vont régler elles-mêmes la luminosité de votre écran en fonction de l’heure de la journée, de la luminosité théorique selon votre zone géographique étendue. Quelques exemples : « F.lux », « Redshift », « Sunsetscreen », pour ne citer qu’elles.