Les bons gestes pour travailler quand il fait chaud
Service 25 juin 2019

Les bons gestes pour travailler quand il fait chaud

La saison estivale 2018, on s’en souviendra longtemps comme d’une année particulièrement ensoleillée avec en prime, deux vagues de chaleur successives. Bien qu’on ne soit pas encore arrivés à ce stade en 2019, chez Cohezio on préfère prévenir que guérir.

Travailler quand il fait très chaud peut devenir problématique lorsque son environnement de travail ne permet pas d’améliorer ces conditions. Cet article illustre les cas les plus fréquents et donne des conseils. Trois situations et bien plus de conseils !

 Un ouvrier qui travaille sur les voiries, avec le bitume en train de fumer à ses pieds, n’éprouve pas tout à fait les mêmes effets de la canicule qu’un employé de bureau victime d’une climatisation hors de contrôle.

Entre les deux cas, il y a bien entendu un large éventail de possibilités.

Nous allons en sélectionner trois pour vous illustrer les cas les plus fréquents. Si toutefois vous souhaitez disposer de tous les détails en la matière, vous avez la possibilité d’accéder à notre dossier spécial fortes chaleurs où sont reprises toutes les précisions à ce sujet.

Pierre, ouvrier communal

Pierre a un travail qui se fait essentiellement à l’extérieur et s’occupe durant la saison estivale de l’entretien des parcs verts de la commune. Il adore ça, être au grand air ! Mais il fait tellement chaud qu’il aurait envie d’enlever son t-shirt. Mauvaise idée ! Comme lui, optez pour des vêtements anti-UV. Pour la tête, protégez-vous avec une casquette ou un casque selon les normes de sécurité de votre travail, avec si possible un cache-nuque pour éviter la surchauffe. Les lunettes de soleil avec filtre UV ont également leur importance : efficaces pour bloquer la lumière du soleil, vous protégez aussi votre cristallin des agressions UV en réduisant cette exposition. Si votre peau est encore exposée, ne lésinez pas avec les crèmes solaires. Enfin, pour Pierre, et donc pour vous aussi qui pratiquez un métier plutôt manuel, nous vous conseillons de réduire les efforts physiques et de reporter les tâches ardues aux heures les plus fraîches de la journée. 


Jacques, travaille au bureau sans climatisation

Alors là … A moins d’être placé dans un sombre rez-de-chaussée, telle une grotte, c’est assez compliqué de trouver de l’air frais. Vous pouvez utiliser un ventilateur seulement si la température de l’air ne dépasse pas 32° et éliminez toute source de chaleur additionnelle en éteignant par exemple du matériel électrique non utilisé.


Paule, employée dans un bureau avec une climatisation

Couvrez-vous bien ! On ne va pas aller jusqu’à vous conseiller de porter une écharpe mais on n’est pas loin du petit foulard quand même. Attraper un rhume en pleine canicule ? True story. Soyez prudent aux écarts de température lorsque vous entrez ou sortez d’une zone fortement climatisée. 


De manière générale

Pour ces trois situations, il est indispensable de boire en moyenne trois litres d’eau par jour. Trop compliqué ? Essayez de boire l’équivalent d’un verre d’eau toutes les vingt minutes, même si vous n’avez pas soif. Mangez également léger et fractionnez vos repas. Dès que vous sentez des symptômes de malaise, cessez immédiatement toute activité et n’hésitez pas à consulter un médecin. Pour être au mieux préparé à ces périodes de fortes chaleurs, il est vivement conseillé de prévoir par exemple un « plan canicule » qui vous permet d’organiser différemment le travail lorsque les conditions météorologiques l’imposent.

 

Publié dans Actuascan, juin 2019, n°6.